Dernières Chroniques



mardi 5 septembre 2017

Let The Sky Fall


Auteur: Shannon MESSENGER
Éditeur: Lumen
495 pages
Paru le 04.06.2015
15€
Fantastique
A partir de 10 ans


Résumé

Personne ne s'explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l'ouragan qui a tué ses parents.
À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête,
il n'avait pas le moindre souvenir de son passé – à l'exception du beau visage d'une fillette ballotée
par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme,
qui s'accroche à l'espoir qu'elle ne soit pas qu'un fantôme. Il ne croit pas si bien dire.
L'inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n'a rien d'humain.
C'est une sylphe, une créature liée au vent, qu'elle sait manipuler pour voler dans les airs,
transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger.
Malheureusement, l'histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi
l'existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie :
le jeune homme n'a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c'est la mort qui l'attend.
Les nuages s'amassent à l'horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert...
Survivront-ils à l'orage qui se lève à l'horizon ?


Originalité: 2 /5.
Qualité de l'écriture: 3,5 /5.
Psychologie des personnages: 2,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.


Mon avis

L'écriture simple sauve ce roman. En fait, la fluidité rend la lecture moins pénible. Car en effet, Let The Sky Fall n'a rien d'exceptionnel, c'est un roman qui s'inscrit dans la plus pure tradition Y-A, sans apporter quoi que ce soit d'innovant au genre. 
Le second point "fort" du roman réside en sa mythologie: c'est la première fois que je lis une intrigue avec des Maîtres de Vent donc l'originalité a permis de conserver mon intérêt.
Mais les cent premières pages ont été difficiles à surmonter car tout me paraissait déjà vu. J'avais juste envie de refermer le livre et passer à autre chose. Mais je n'aime pas abandonner une lecture aussi, j'ai poursuivi celle-ci et me suis surpris à passer un moment sympathique. Pas passionnant mais convenable quoi.
Les descriptions et développements quant à la magie du vent sont intéressants mais ne suffisent pas calibrer le roman pour en faire un must-read.

Vane est un jeune adolescent assez plat, même si il apporte heureusement une dose d'humour qui dynamise le tout. C'est celui qui apporte un peu d'énergie au roman grâce à son impulsivité.
Audra passe 495 pages à se morfondre et à se sentir coupable, c'est un peu chiant. Le débat "doit-elle se sacrifier" revient de nombreuses fois sur la table, ce qui énerve passablement.
Les chapitres sont courts (bon point) et alternent entre leurs points de vue donc on ne s'ennuie jamais tout à fait. Mais tout est faiblard et prévisible.
On est au courant des enjeux de l'intrigue très tôt et on sait donc à quoi s'attendre pour les dernières pages: un combat final avec des Foudroyeurs. Reste plus donc qu'à traverser 400 pages d'entraînements, de doutes, de romance interdite entre l'un qui ne peut pas se retenir et l'autre qui le repousse inlassablement, etc.

Autre chose qui sauve les meubles: la construction du récit avec les souvenirs des personnages qui sont distillés au compte goutte et offrent un éclairage nouveau sur ce qu'il s'est réellement passé durant la tragédie. La révélation finale est inattendue sans pour autant m'avoir bouleversée au point que ce roman ne reste gravé dans ma mémoire à tout jamais.


Note globale: 6 /10.





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...